[./index.html]
[./actualite.html]
[./articles.html]
[./bilblio.html]
[./galerie.html]
[./contact.html]
[./article10.html]
[./articles.html]
[./article2.html]
[./article3.html]
[./article4.html]
[./article5.html]
[./article6.html]
[./article7.html]
[./article8.html]
[./article11.html]
[./article9.html]
[http://www.djaromed.fr]
[Web Creator] [LMSOFT]
La lorraine du Sahara


Aurélie Picard est née en 1849 à Montigny-le-Roi (Haute Marne).
Elle ira à Bordeaux en 1870, suite aux événements bouleversants de cette époque.
 
Son destin va la conduire en Algérie après la rencontre, le coup de foudre et le mariage mixte, avec Si Ahmed  Tidjani de la confrérie des Tidjania dont le principal fondateur de la Zaouïa avait élu domicile et conforté sa position à Aïn Madhi au XVIII ème siècle, entre la ville de Laghouat et le Djebel Amour.
Le jeune prince Si Ahmed, après un long séjour à Bordeaux, a obtenu le mariage avec Aurélie sous le droit des deux religions, à Alger en 1871, en présence du Cardinal Lavigerie et avec le consentement du mufti.

Son installation  définitive à Aïn Madhi en 1872, puis plus tard, tout près, à Kourdane (Cour d’Anne, nom de sa sœur), s’est réalisée après le ‘coup de foudre’ du jeune prince Si Ahmed  Tidjani qui accepta de la prendre comme unique épouse au sein de sa confrérie.

La lorraine du Sahara était armée de courage et de motivation dès son départ d’Alger pour Laghouat et cela a permis à la belle Aurélie de s’intégrer pleinement dans une oasis  en y apportant  bonté, soins, éducation, ordre et intelligence à tous les habitants qui l’appelèrent la Lalla Yamina (la princesse croyante) de cette petite bourgade de Kourdane située aux portes du Sahara.
Elle est morte à 84 ans et fut enterrée à Kourdane, selon ses dernières paroles et volontés.

Après 63 années de louables services et une reconnaissance sans limite et distinctions de tout  genre, on parle d’elle partout comme d’une belle Dame qui incarnait l’humanisme dans toute sa plénitude.
Il y a plus de vingt ans, ma visite dans son palais de Kourdane semblait me dire, à travers  piano et objets de cette majestueuse Dame, que sa générosité régnante était toujours présente…

Bref récit de Robert Djarnia
Pigeonnier d'Aurélie
à Kourdane
A visiter :
djaromed
© afsahara